La couture : un travail à domicile pendant la guerre

Moi, comme tant d’autres femmes, nous nous sommes rendues à l’évidence : nos maris ne reviendraient pas. Ce fut un choc terrible. C’était insoutenable de rester dans l’ignorance. Mais nous ne pouvions rester les bras croisés et regarder nos enfants mourir de faim. Mon petit Pierre n’avait même plus la force de jouer. Tout d’abord, c’était chacune de notre côté. Mais ce n’était pas toujours simple de travailler à la maison. Petit à petit, nous avons discuté, puis formé des petits groupes de travail. Que faisions-nous ? De la couture, pardi ! Et oui, à la fin, c’était l’armée elle-même qui nous rémunérait pour assembler les costumes de tous ces soldats. Et puis, on ne pouvait pas se permettre de s'acheter des vêtements chaque semaine, comme maintenant. Nous ne gagnions pas grand-chose au début, mais c’était suffisant pour nous acheter un pain de temps à autre et permettre a notre, mon, unique enfant de grandir.