Ancienne guerre

Les Allemands avaient pris le dessus, mais étaient-ils vraiment si mauvais dans leurs fondements? Croyaient-ils réellement à la guerre qu'ils menaient, aux idées d'Hitler, ou combattaient-ils luttant face à leurs libertés individuelles? Quelque chose de plus grand se jouait, ouvrant de nombreuses possibilités. Qui croire? Que faire? Comment agir? Pour quel compte? Les non-dits semblaient si présents, laissant place à tant de questions. A qui faire confiance? Les rumeurs sur telle famille expatriée parce qu'elle était juive, sur la voisine qui aurait dénoncé la boulangère pour quelques francs ne cessaient de raisonner. Puis vint le Vel d'Hiv, cette rafle générale du 16 juillet 1942. Hommes, femmes, enfants juifs, tous y sont passés. Des yeux de mon petit Pierre, à l'aube de sa troisième année, je me suis reconnue dans les yeux de chacun d'entre eux. J'ai eu peur, nous aurions pu être des leurs, juifs ou non. Quel sort leur était réservé? Pourquoi? J'avais beau écrire à Henri, lui faire part de mes inquiétudes, mes questionnements, aucune nouvelle à l'horizon. Jusqu'à l'arrivée de ce que doutais tant, sa disparition. Mon enfant ne connaîtrait jamais son père qu'au travers de quelques clichés de mariage. Ma décision fut prise rapidement, il était temps que cela s'arrête. Le combat serait long, semé d'embûches, mais nous ne pouvions laisser cette bataille détruire ce que nous étions, des êtres humains.