Dernière guerre

Femmes des années quarante, à l'ombre des soldats


De ma rencontre avec Henri jusque la fin de la guerre en 1945, ma vie entière a été chamboulée comme celles de toutes les femmes en France à cette époque. D'épouse de soldats, nous sommes devenues des ouvrières acharnées, des mères dévouées, des femmes loyales à leur pays se battant jusqu'au bout pour leurs convictions et l'avenir de leurs enfants.

Le coup de foudre arraché par l'appel de la Nation

Mon petit Pierre, Pierrot, n'a plus la force de jouer. Nous avons faim, tellement faim. Que faire dans une situation de guerre pour manger ? Comment faire, en tant que femme pour gagner de l'argent ? La situation semblait désespérée lorsqu'un un petit groupe de femmes, dont je fais partie, a commencé à travailler à la maison, puis par groupe, pour faire de la couture.

Lire la suite

Le coup de foudre arraché par l'appel de la Nation

Lorsque je l'ai vu, j'ai tout de suite su que c'était lui. Ma rencontre avec Henri a été digne d'un conte de fées, un coup de foudre réciproque, ce 16 mars 1937. Rapidement, nous nous sommes mariés, fougueux, amoureux, nous enflammant tels deux amants en quête d'un instant volé. Nous ne doutions pas un instant des délicieux moments que nous allions passer ensemble. Je me souviens, ses yeux azurs me transperçaient.

Lire la suite

Des toques aux uniformes

Femme mariée mère aimante, j'avais beau élever Pierre du mieux que je pouvais, la nourriture se faisait rare à la maison. Nous avons toutes troquées nos toques contre des uniformes, battant le fer, courbant l'échine. Nous ne pouvions rester sans rien faire. Aujourd'hui, on dirait de nous que nous faisions marcher l'économie du pays. Sans doute est-ce vrai du point de vue purement informatif.

Lire la suite

Les rafles, le choc des non-dits

Cette douleur s'amplifiait face à la haine ambiante envers les juifs propagés par ceux que nous appelons à présent les collabos. Sachez que c'était bien plus complexe que cela à l'époque. Il n'y avait ni gentils, ni méchants, simplement des personnes prêtes à tout pour survivre, sacrifiant leurs valeurs, leurs libertés, croyant que c'était ce qu'il y avait de meilleur pour elles, pour les leurs.

Lire la suite

Une âme de résistante

Avant de rencontrer Henri et qu’il ne devienne mon amant, je lisais beaucoup. Je me prenais à rêver d'un monde meilleur, sans agir en ce sens pour autant. La missive m'annonçant son décès m'a conduite à la fuite. Je ne pouvais plus supporter l'idée de ne rien faire. Je me suis rapprochée d'une voisine dont je soupçonnais quelques activités dites suspectes au vu des allers-retours réguliers à des heures tardives. Je n'avais rien vu, mais les rumeurs gonflaient à son sujet, sans qu'elle soit inquiétée pour autant.

Lire la suite

Le Débarquement, l'espoir à nouveau

Une lueur d'espoir cependant a vu le jour en juin 44. L'appel du 18 juin avait été un échec cuisant en 1940, nous amenant à devoir céder face aux forces allemandes et nous plier à leurs convictions, ou plutôt leur mode de pensée unique. De Gaulle, qui par sa prestance, devint président quelques années plus tard, nous a permis de croire à nouveau en la patrie de manière collective.

Lire la suite